Amputation

De la brochure «Le syndrome du pied diabétique» de Dr. med. Karl Zink

 

Quand est-ce qu’on doit amputer?

Avec les blessures, c’est comme avec des icebergs, on voit seulement la pointe. L’atteinte de tissu sous la blessure est le plus souvent plus grande qu’on ne suppose de l‘extérieur. Pour cela on trouve souvent au fond des petits orifices de plaie des articulations ouvertes, des os rongés ou une infection étendue le long des tendons du pied. Ces structures sont plus mal irriguées et c’est la raison pour laquelle une infection n’est parfois pas éliminée seulement avec un antibiotique.

 

Une amputation ne doit être effectuée que dans le cas d’une bonne circulation sanguine, si la circulation a été améliorée ou si elle ne s’améliore plus. C’est très rare qu’il faille amputer tout de suite à cause d’une infection.

 

La chance de guérison est plus petite en cas d’une infection de l’os et des articulations ouvertes surtout si les parties molles de tissu autour de la plaie sont déjà très affectés et si la circulation sanguine n’est pas normale.

 

En cas d’une plaie existante et d’une mauvaise circulation sanguine on peut constater en regardant attentivement et avec de l’expérience le tissu, si une guérison est possible ou pas. Si les bordures de la plaie sont noirs ou le fond de la plaie tire sur le gris, la perspective d’une guérison est plutôt mauvaise et les parties affectées doivent être ablatées jusqu’aux parties saines. Dans ce cas-là il y a beaucoup de nouvelles méthodes qui sont employées: D’abord on enlève le tissu mort et enflammé. Ensuite on ferme la plaie de façon provisoire hermétiquement. Quelques jours plus tard, le patient est opéré une autre fois pour examiner de nouveau le tissu et refermer la plaie si celle-ci est sans infection.

 

Malgré des médicaments modernes, dans certains cas le contrôle de la douleur n’est pas possible ce qui entraîne aussi une amputation.